Le marché du machinisme agricole en Occitanie et en Nouvelle Aquitaine a pris une nouvelle dimension voilà quelques mois. Un leader régional vient d’émerger sur ce secteur d’activité avec la création de T3M issu du regroupement des entreprises Lavail (Revel), Mécadoc (Auch) et Porcher (Saint-Yrieix).

Plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, 185 salariés à ce jour, le groupe T3M peut s’enorgueillir, en ce premier trimestre de l’année 2017, d’avoir totalement réussi sa récente fusion. Pour mémoire, les entreprises Lavail (Revel) et Mecadoc (Auch) ont uni leurs forces pour créer le groupe T3M, un leader régional sur ce marché, en juillet 2016. Le groupe T3M est le fruit d’une fusion « à 50-50» de deux distributeurs d’équipement agricole. Pierre Lavail, 52 ans, est le président de cette nouvelle entité T3M qui associe deux familles, Lavail et Pons ; Jean Lavail, frère de Pierre, Jean-Jacques et Nadine Pons qui composent la direction de la structure.

« Additionner nos savoir-faire respectifs afin de renforcer notre compétitivité au service du monde agricole. » C’est en ces termes que Pierre Lavail définit les ambitions de T3M. « Ce mariage s’est imposé à nous en raison de nos complémentarités et des valeurs que nous partageons. » Outre leur position de leader sur les marchés des tracteurs, des moissonneuses-batteuses et des machines à vendanger, les deux entreprises avaient en commun de distribuer les marques phares du groupe CNH Industrial, New Holland et Case IH.

L’opérateur de référence sur ses territoires

Ces dernières continueront à bénéficier d’un réseau distinct au sein des bases du nouveau groupe. Avec 25 % de parts de marché pour les tracteurs, 40 % pour les moissonneuses-batteuses et 65 % pour les machines à vendanger, T3M s’impose désormais comme l’opérateur de référence sur ses territoires (Aude, Hérault, Tarn, Corrèze, Dordogne…). « Des performances rendues possibles grâce aux qualités des gammes New Holland et Case IH et au professionnalisme dont nos équipes font preuve en s’adaptant constamment aux mutations technologiques de ces machines et à l’évolution des besoins de nos clients », souligne encore Pierre Lavail.

« Nous n’avons pas fusionné pour fusionner, ça ne servait à rien, pas plus que nous ne poursuivions un objectif financier. Non, cette fusion, c’est l’addition de nos savoir-faire respectifs afin de renforcer notre compétitivité au service du monde agricole. C’est aussi l’opportunité d’intégrer dans la société des nouvelles compétences, direction financière, ressources humaines, qui donne la latitude à nos hommes sur le terrain de se concentrer sur notre cœur de métier », ajoute le président du groupe T3M. Avec un maillage qui s’appuie désormais sur 17 sites, avec un responsable pour chacun de ces sites, T3M et son président affichent leur souhait de pérenniser cette proximité. Pour Pierre Lavail, ce mariage, qui multiplie par deux la force de frappe de l’entreprise, n’est qu’une première étape, doit permettre avant tout « d’atteindre la taille critique pour rester compétitifs ».

110 techniciens, 30 conseillers

« Cette nouvelle dimension nous permet de renforcer notre partenariat avec les marques du groupe CNH Industrial au bénéfice de ces dernières et de nos clients, précise de son côté Jean Lavail. Ainsi, nous pouvons intégrer de nouvelles compétences, renforcer nos trois pôles existants que sont la viticulture, les céréales et la polyculture/élevage. T3M peut désormais proposer de meilleures conditions d’achat à ses clients. Nous nous attacherons à mettre en commun les meilleures pratiques de chaque structure. Nous allons aussi faire bénéficier nos 110 techniciens et nos 30 conseillers pièces de rechange de programmes de formation, notamment en agriculture de précision, un enjeu fort pour la profession. »

En opérant cette fusion, les frères Lavail et les époux Pons se défendent encore aujourd’hui de céder à la tentation du gigantisme : « Nous avons à coeur de préserver le lien de proximité avec nos clients, une valeur inscrite dans notre ADN et qui a forgé la réussite de nos entreprises depuis leur création il y a plusieurs décennies ». En acquérant le groupe Porcher, une référence de la distribution du machinisme agricole en Haute-Vienne, puis la société Nougadère, un opérateur historique à Gimont dans le Gers, Jean-Jacques Pons s’est attaché à préserver la qualité de la relation client.

Une approche que partagent les frères Lavail : « La relation de proximité demeurera un axe fort de la nouvelle organisation déployée par T3M. Dans ce cadre, nous veillerons à préserver l’autonomie de fonctionnement de nos bases via la délégation de responsabilité dont bénéficieront les équipes locales. Ce sont elles, sur le terrain, qui sont les mieux placées pour appréhender et satisfaire les attentes et les besoins du monde agricole ». Ce nouveau modèle de distribution du machinisme agricole initié par le groupe T3M prédispose ce dernier à un développement au-delà de son territoire historique du grand Sud-Ouest. Un projet qu’étudie déjà la nouvelle direction.

CONTACT

Groupe T3M

Publié le 5 mars 2017

© 2015 Vinseo - Made with ♥ by iTK